Anges du Bizarre trio rock-tribal-poésie

Rituel du Roi Lézard, Stèle pour Jim Morrison par les Anges du Bizarre

Vidéos et photos Yann de KEYZER.

Les Anges du Bizarre " Rituel du Roi Lézard, stèle pour Jim Morisson" 4 mars Centre Culturel L'Ellipse 2017

Les Anges du Bizarre " Rituel du Roi Lézard, stèle pour Jim Morisson" 4 mars Centre Culturel L'Ellipse 2017

Les Anges du bizarre par Bruno Geneste

Introduction au manifeste de mise en action de la poésie

 

Les anges du bizarre vont dans la lumière au fond de l’écume

Les anges du bizarre vont au creux rituel des roches

Les anges du bizarre vont dans l’eau et la cendre

Les anges du bizarre vont dans la neige du feu  

 

Il est temps de renouer avec la force de l’étendue, retrouver la grandeur au creuset des paroles, celles des forces errantes dont la puissance enfouie transfigure le poème, la porte à incandescence dans la blancheur du flux. Il est question ici de renouer avec la rugueuse beauté de ce qui nous entoure et sous la lumière ardente du verbe, recréer en nous ce vide plein de sensations, cette constellation du poème de l’univers en perpétuel devenir, celui qui augmente les forces de vie et envisage l’existence sous le signe de toujours plus de réalité, plus de beauté, plus de merveilleux. Le surréalisme éternel est ce qui aimante notre démarche, cherche des piques dans le réel pour en exhumer la quintessence, l’inaccessible Grall ou l’or des forbans ; il n'en demeure pas moins que l’insurrection poétique et ce qu’elle porte en elle de vivifiant, tel un jour de grand vent sur la côte, un jour insurrectionnel en somme, favorise le grand tumulte dans nos songes qui dressent des figures autour desquels l’esprit danse, chamanise, prend de la hauteur. Il ne serait question d’une quelconque nostalgie, ni d’un retour à une bizarrerie poétique de plus, mais à un mouvement de haute amplitude dans les régions les plus obscurément lumineuses de l’être. L’objectif étant de topographier les contours où des figures de sable configurent l’éphémère, où de vastes champs d’énergies nous saisissent et solidifient notre présence au monde, façonnent nos paysages, les mélangent, s’élèvent dans les fumées ontologiques, les vapeurs rituelles de la pierre et du vent ; des souffles inédits qui placent la vie même – au sens le plus rimbaldien du terme –, au-dessus de tout, au cœur même des forces universelles, à « l’état primitif du fils du soleil ».

L’insurrection poétique est donc un programme culturel, une révolte de l’esprit contre l’aplatissement, l’abêtissement programmé des consciences, l’asservissement des individus par le système, dont la conception productiviste du monde anéantit l’intelligence du cœur, fabrique des individualités étroites sans aucune conception de la grandeur, telle que nous l’envisageons, c’est-à-dire un espace ouvert et en perpétuel changement, une approche radicale et exigeante de la vie dans ce qu’elle contient de potentiel de transmutation des consciences au creuset océanique des brouillements de l’esprit, des jaillissements du multiple dans l’approche univoque. La coïncidence des contraires telle que les surréalistes l’avaient à maintes reprises éprouvée, retrouve ici sa base d’envol, son erg où danse l’œil à l’état sauvage.  

Les Anges du bizarre de Poe auréolent le feu de la danse de l’esprit dans le crissement quaternaire des galets, au sein de la musique ancestrale dans les nuées et de la cosmique constellation des phares insulaires dans les courroux de la nuit. Nous retrouvons ce qui palpite et percute le réel, la beauté des paroles, la profondeur du poème comme happé par l’espace de l’écume où le nom devient blancheur ; où l’errance dans l’incertitude ouvre son champ d’aventure, au-delà de toute certitude, dans ce qui ne mène parfois finalement qu’à soi, ce soi dans sa totalité mouvante où l’on atteint au fil du hasard les plus secrètes contrées de la possibilité d’un autre espace en soi, une grandeur enfouie sur les lisières du monde.

Il s’agit donc de retrouver la parole magique, la beauté du merveilleux dans les plis d’un remuement perpétuel et c’est au cœur même de la puissance, que ce manifeste tente une incursion, une vibrante exploration du paysage des contours intérieurs et extérieurs. Avec toujours cette tentative d’en extraire la quintessence, l’instant même du surgissement du merveilleux dans le réel, cette mise en abîme de tout l’être au cœur même du tumulte, de chavirement, de ce qui éveille, chahute la conscience. Et, dans la fureur de ce déchaînement, de ce déferlement de forces nues de l’univers, tout Ange du bizarre connaîtra un jour dans les hauteurs sémaphoriques, les sensations insulaires de se tenir là debout, là au milieu de ce sanctuaire du milieu des vents, dans la tour secrète enfin dévoilée.

Le Collectif Les Anges du bizarre est composé des artistes Bruno Geneste, Paul Sanda, Isabelle Moign, Dom Massaut, Louis Bertholom, Alain Subrebost, Gurvan Loudoux, Manu Lann Huel.

Les Anges du bizarre au Festival des Poésies Actuelles à Cordes sur Ciel en juillet 2016. Photo Jennifer Apoloo Kingslove

Qui sommes-nous

Les Anges du bizarre est un collectif composé de Paul Sanda, Bruno Geneste, Alain Subrebost, Isabelle Moign et Dom Massaut, artistes invités Manu Lann Huel et Louis Bertholom. Un CD est en préparation autour du "Rituel du Roi Lézard, stèle à Jim Morrison", un puissant hommage à Jimbo, un clip autour de ce projet est également en cours.

Les Anges du bizarre explorent les  inconnus du réel comme l'écrit Serge Pey, à l’heure où l'on range les poèmes au fond des armoires et où  le poète se tient en lisière, dans une marge de haute amplitude, les Anges du bizarre frappent sur l'enclume des mots au son du tambour d'Alain Subrebost, chaman et poète de l'infini.

 

Votre participation au projet Anges du bizarre

Les Anges du bizarre explorent les inconnus du réel, comme l'écrit très justement Serge Pey, la poésie devient ici tourbillon et percusssion dans les courroux, présence totale au monde.

Le CD en préparation comportera un enregistrement live réalisé lors du 11 Festival de la Parole Poétique "Sémaphore" le samedi 5 mars 2016 au Centre Culturel L'Ellipse à Moëlan sur Mer. Il s'agissait d'un hommage à Frédérico Garcia Lorca avec sur scène Paul Sanda, Bruno Geneste, Louis Bertholom, Manu Lann Huel, Gurvan Loudoux, Alain Subrebost et en  bonus Dom Massaut.( Voir la photo en illustration)

La seconde partie sera composée "Du rituel du Roi Lézard, Stèle à Jim Morisson" et de quelques pépites inédites concoctées par le trio Sanda/Geneste/Subrebost.

Co-production Studio Alain Subrebost/Maison de la Poésie du Pays de Quimperlé.

Vous pouvez contribuer à ce projet en souscrivant selon vos moyens entre 15 et 50 euros

50 euros 5 CD des Anges

40 euros 4 CD

30 euros 3 CD

15 euros 1 CD

Par chèque ou virement à Maison de la Poésie du Pays de Quimperlé 2 quai Surcouf BP 37 29300 Quimperlé.

(Photo Floriand Piraud)

 

Vidéo Ange du Bizarre

Dom Massaut en bonus sur l'album enregistrement live 2016 Anges du bizarre

Les Anges du bizarre " Cordes sur Ciel juillet 2016.

Les Anges du bizarre Festival Cordes Sur Ciel juillet 2016

Les Anges du bizarre Festival de Poésie actuelle Cordes sur Ciel 2016

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte. Je suis un endroit ou vous pouvez raconter votre histoire et vos visiteurs peuvent savoir un peu plus sur vous.